Japan meets Julien

Salut, salut !

Le mois de janvier a été un mois plutôt rempli pour ma part. Entre travail, rendez-vous, ménage et examens, je ne sais même pas si j’ai vraiment eu le temps de me reposer. C’est à ce moment là que notre Julien national a décidé de venir me rendre visite. J’ai donc dû inclure Julien dans ma routine et ainsi agrémenter mon train-train quotidien de sorties en tout genre. Ainsi, le séjour de Julien au Japon s’est révélé pour moi un marathon sans repos qui m’a permis de découvrir le pays comme jamais auparavant – en bien, j’entends.

January was a pretty busy month, here in Tenri. Classes and exams go one after another, leaving us, poor students, nothing more than just enough time to fee sorry about ourselves – beside the one let for studying. It’s at that very time that my friend Julien, decided to come and visit me from France.So I had to put some time slots in my studies schedule to got him touring Japan. But I regret none of it, because the way I discovered Japan with him was just awsome.

Tout d’abord, il faut savoir que Julien est beau, voilà. Cet homme que j’ai surnommé l’Ikemen (en japonais: イケメン; beau-gosse) a fait chavirer le cœur de plus d’une fille au pays du soleil levant. Il faut dire que Julien a ce visage caucasien typique que l’on trouve sur tous les podiums ainsi que dans la plupart des magazines de mode. Les japonaises raffolent particulièrement de ce genre d’homme. De ce fait, il n’était pas rare d’en voir quelques unes rester là à le contempler, d’autres faisant tout pour avoir l’occasion de lui parler ou celles encore qui nous arrêtaient dans la rue pour le prendre en photo – et toutes ces adolescentes en émoi, qui ne pouvaient cacher leur émerveillement à sa vue. Bref, marcher au pays du soleil levant aux côtés de Julien est comparable à marcher avec une célébrité avenue des Champs Elysées. M’enfin les groupies de l’ikemen ne nous on pas empêché de faire le tour des villes emblématiques de la région – mes engagements non plus d’ailleurs. En effet, nous avions planifié son séjour dès son arrivée.

First and foremost, Julien is beautiful, that’s it. This guy that I nicknamed ikemen (イケメン), which means handsome boy in japanese, shaked some japanese girls’heart in here. I have to admit that my friend has that shaped kind of face that you can see on every single catwalk or magasines. This is tha kind of face japanese girls have crush on. As a result, I observed a lot of them just sitting there staring at him, some others doing there best to have a chance to talk to him or even these ones askin for taking picture in the street – in addition of teenagers who couldn’t handle their feelings when the saw him. Anyway, walking by Julien’s sides is almost like walking with a celebrity in our contries. But this ikemen’s groupies didn’t succeed in keeping us from touring the most important cities of the region – neither did my studies. Indeed, we set up plan right after he arrived on the japanese soil.

Nous avons commencé par la découverte de mon lieu de résidence, la ville de Tenri. Notre première action a été de louer un vélo pour plus d’aisance dans nos déplacements. Une fois fait, nous avons fait les courses alimentaires au Carrefour nippon, BIG AEON, puis nous sommes aventurés jusqu’au géant UNIQLO. Cependant, il semblerait que le dépaysement se soit réellement fait sentir lors de la visite du temple principal du tenrikyoisme. Par la suite, nous avons fait le tour du campus universitaire ainsi que celui du cimetière non loin de chez moi.

To begin with, we started by walking around the city I live in, Tenri. We’ve rented a bike to make it easier. After that, we went on groceries at the japanese version of Walmart, BIG AEON, and went until the well known UNIQLO. However, I would say that the change of scene was real the moment we visit the headquarter of the tenrikyoism. Then, we toured the campus as well as the cemetery not far from my flat.

Dans un second temps, c’est dans la ville d’Osaka que nous nous sommes rendus. Malheureusement, là-bas, le charme nippon n’a pas opéré. Loin d’un Japon traditionnel où le bois prédomine, Osaka se veut être une ville ultra urbaine où béton et acier jouent coudes à coudes. Mise à part le château d’Osaka, rien de cette ville n’a su amuser le beau-gosse français – même pas la présence de mon ami Daisuke. C’est la ville de Nara qui a su redonner le sourire au jeune homme. Les daims, les bouddhas, Todaiji et les autres temples présents dans cette ville ont même réussi à lui faire oublier le temps pluvieux ce jour là, affichant, en prime, un sentiment de satisfaction sur son visage.

The second city that we’ve visited was Osaka. Unfortunately, there, the nip charm didn’t work out. Far from a traditional japan made out of wooden building, Julien arrived in a city where steel and concrete go along one another. Beside its castle, nothing of Osaka got the Ikemen satisfied – not even my friend Daisuke. But the city of Nara did ! Deers, buddhas, Todaiji and other temples succeeded in fix a smile on my friend’s face, despite of the rain this day.

Julien a aussi apprécié la ville de Kobe que nous avons visité en deux jours.  J’ai, par ailleurs, découvert plus de Kobe ce weekend là que lors du nouvel an. Kobe est une ville pleine de petites surprises. Nous avons eu l’occasion d’y tester deux buffets à volonté, l’un en haut de la montagne au téléphérique et l’autre sur le port. Nous sommes aussi allés là où je n’ai pas eu le temps de me rendre la dernière fois, la plage et le pont de Kobe. Là-bas, nous avons vu pas mal de choses, China Town, La tour de Kobe, un centre commercial et un spectacle de dragon Chinois.

Julien also has appreciated the city of Kobe that we visited within two days. By the way, I’ve discovered mor of Kobe this time than during the trip around the new year. Kobe is a city full of little surprises. We also had the chance to eat at different all you can eat buffets, one on the top of the montain and the other on the harbour. This time we took the time to visit the places that I didn’t see last time, the beach and the bridge of Kobe. There we’ve seen a lot China Town, Kobe’s Tower, a mall and a Chinese dragons performance..

Quelques temps après, c’est Kyoto qui nous a accueillis. Là-bas, nous y avons vu le temple Fushimi Inari Taisha mais aussi le Pavillon d’Or, sous la neige, ainsi qu’Arashiyama, la forêt de bambous. En dépit de la grandeur de la ville et de la fraicheur du temps ce jour-là, Kyoto a plu.

Later, we stopped at Kyoto and toured it. There, we saw Fushimi Inari Taisha shrine but also the gold pavilion, under snow, and the Arashiyama  bamboo forest. Even though, this city is way to big to be seen in one day and the cold that day, we liked Kyoto.

Enfin, notre ikemen français, ayant raté son vol retour, du fait de s’être rendormi après avoir éteint son réveil, s’est vu accorder le temps nécessaire pour pouvoir voir le grand rassemblement au quartier générale du tenrikyo qui prend place tous les 26 du mois.

Missing his flight because of oversleeping, the french ikemen was given the time to attend the great meeting on the 26th of every month.

En marge des lieux et monuments cités plus haut, Julien a aussi eu la chance de tester divers aspects culturels japonais. A commencer par les toilettes multifonctions qu’il a dit étonnement agréables et l’attention que les japonais portent à leurs interlocuteurs. Néanmoins, il reste dubitatif sur certains côtés du quotidien japonais tels que la question des logements qu’il jugeait mal isolés et certains plats japonais, comme les takoyaki, qu’il trouvait immondes.

Beside the above-mentioned places, Julien had the chance to experiment several aspects of the japanese culture. Begining with the high-tech toilets, that he said are pretty interesting, and the attention that japanese people hav toward the people they talk to. Nonetheless, he still skeptical about some sides of the japanese daily life such as the question of housing and isolation or the dish called Takoyaki

 – Tschuss –

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s